Nalla – 14

Peu de temps après que Nalla eut repris connaissance, tout le monde quitta la chambre sauf Zadiste, Bella et Josh. La jeune femme recommença à avoir mal, normalement, le premier réflexe du soldat aurait été d’aller chercher le médecin, mais comme les parents de Nalla avaient l’air de trouver la situation naturelle, il resta où il était et il souffrit en silence avec elle. Plusieurs heures passèrent avant que la douleur qui terrassait le corps de Nalla ne la quitte enfin, Josh laissa alors la tension qui l’habitait l’abandonner. La jeune femme tomba dans un profond sommeil réparateur.

̶ C’est fini… soupira Bella, soulagée.

Zadiste ne dit rien, mais il resserra l’étreinte de ses bras autour de sa shellane avant de lui embrasser tendrement le dessus de la tête, le nez enfoui dans sa chevelure opulente. Il ne se lasserait jamais de la douce odeur de Bella.

Josh assis sur une chaise inconfortable de l’autre côté du lit, tenait toujours la main délicate de Nalla dans la sienne en prenant garde à ne pas la blesser avec accidentellement avec ses griffes. Il bougea légèrement, la chaise craqua et Zadiste reporta ses yeux jaunes sur lui, il avait les mêmes que sa fille. Quand Z. constata que l’humain caressait du pousse la main qu’il tenait, son regard s’obscurcit et devint noir. Ce mutant osait! Zadiste montra les crocs et gronda, s’il n’avait eu Bella dans les bras, il n’aurait pas hésité à sauter à la gorge du malotru.

̶ Ne vous en faites pas pour elle, Monsieur, dit Joshua en plantant son regard émeraude dans celui du père de Nalla. Je sais pertinemment que je ne suis pas pour elle. Surtout plus maintenant.

Josh leva sa main libre, exhibant ses griffes au bout de ses doigts qu’il agita.

̶ Je vais veiller sur elle tant que je serai ici. Et dès que j’en saurai plus sur tout ça… je partirai… j’ai des comptes à régler, finit-il d’un ton hargneux.

̶ Compte pas t’en sortir si facilement, riposta Zadiste d’un ton menaçant. Tu es au courant pour nous et personne ne quitte notre monde si ce n’est les pieds devant.

Bella se tourna la tête et mordit légèrement son hellren à l’épaule. Josh, pour sa part, resta impassible sous l’avertissement. Il entendit des pas lourds dans le couloir et il fronça les sourcils se demandant qui cela pouvait bien être encore. Il détourna le regard pour le reporter sur la porte fermée de la chambre, s’attendant à la voir s’ouvrir d’un instant à l’autre.

̶ Quelqu’un arrive, annonça-t-il aux parents de la jeune femme qui ne réagissait pas au bruit qui se rapprochait.

̶ Je n’entends personne, dit Bella.

Zadiste tendit l’oreille et finit après un court moment par entendre lui aussi le son étouffé de pas lointains, probablement tout au bout du couloir. Il se demanda brièvement comment un humain avait pu percevoir cela avant lui, mais pour l’instant cela n’avait aucune espèce d’importance.

̶ Si tu lui fais du mal de quelques manières que ce soit, si tu la touches, t’es mort. Je vais commencer par te briser les os un à un, puis je te castrerai avant de t’éviscérer vivant et de te décapiter, le menaça Zadiste. Sache aussi que ce n’est pas des paroles en l’air. Ce que je dis, je le fais. Si ce n’était de Nalla qui semble t’apprécier et de la Vierge Scribe tu serais déjà mort.

Le père de Nalla s’interrompit lorsque les pas s’arrêtèrent devant la porte de la chambre. Celle-ci s’ouvrit sur le type le plus grand que Josh n’ait jamais vu. Bon sang, il n’aurait même pas pu croire qu’un mec pouvait être aussi gigantesque et pourtant ce n’était pas faute de ne pas avoir côtoyé des géants dans l’armée, d’ailleurs lui-même ne détonnait pas dans la catégorie des grands costauds, mais là il était face à une véritable force de la nature. Le mastodonte était accompagné d’un chien, un Golden Retriever qui portait un harnais de chien guide. Les yeux du mec étaient aveugles sous les lunettes noires. Le chien renifla nerveusement l’air avant de gémir anxieusement et de tenter de se cacher derrière les jambes du roi. Wrath prit une grande respiration et ses narines frémirent.

̶ S’il est humain comme on me l’a dit, il ne sent pas comme eux, articula lentement le roi de sa voix grave. On dirait un mélange d’animaux, de vampire et d’humain, c’est vraiment bizarre.

Jane entra à la suite de Wrath et expliqua :

̶ Si ce que V a trouvé dans la tablette est exact, comme nous te l’avons dit, Wrath, le sérum qu’ils lui ont éjecté a été principalement conçu grâce à une protéine très rare que nous ne retrouvons que dans le sang des vampires, mais il y avait aussi des extraits venant d’animaux en plus petites quantités. V m’a confirmé qu’il s’agissait de prédateurs, sauf pour un qui est reconnu pour ses propriétés de régénération. Le reste du sérum est de composition chimique. Cette substance semble avoir fusionné avec son ADN, le modifiant et entraînant une mutation de son état physique. V., Manny et moi pensons que les griffes viennent de la partie animale, pour ce qui est du changement dans la couleur des yeux nous ne pouvons pas nous prononcer avec certitude, mais comme les vampires ont souvent des yeux particuliers on penche plutôt vers l’hypothèse vampirique pour expliquer l’éclat de leur couleur. Quant au reste, les réflexes rapides et la force physique accrue, cela peut venir autant des animaux que des vampires. Tant que nous n’aurons pas terminé les examens, nous n’en saurons pas plus. D’ailleurs, Josh, je viens te chercher pour ces tests.

̶ Et tu n’as pas le choix, mutant, fit Wrath en pointant un énorme doigt menaçant sur Josh. Si tu refuses, je te les ferai passer de force. La Vierge Scribe ne nous a pas interdit de te faire du mal, elle nous a juste refusé le droit de te tuer…

̶ Josh, monsieur. Je m’appelle Josh, pas Mutant, osa couper l’ancien soldat qui en avait assez d’entendre ces gens le traiter de mutant même si c’était effectivement le cas. Il avait un nom et tenait à ce qu’on l’utilise.

Le roi montra les crocs.

̶ Je vais juste te le dire une fois, l’avisa le colosse. Ici, c’est moi qui commande et les autres obéissent. Toi, t’obéis. Et je t’appellerai comme je le décide. Maintenant, tu suis Jane jusqu’au centre d’entrainement. V. y sera avec Rhage et Quinn. Ils sont là pour te faire passer les tests d’endurance physique et également évaluer tes réflexes.

̶ Bien, monsieur, répondit calmement Josh.

̶ Est-ce que t’es toujours aussi accommodant et poli? Questionna Wrath.

̶ Accommodant, non. Poli, ça dépend avec qui… l’armée nous apprend à être polis avec nos chefs ou les personnes importantes, riposta Josh. Or vous semblez être les deux à la fois.

̶ Tu ne peux pas mieux dire, fit Wrath en éclatant de rire. Et reprenant son sérieux : maintenant, tu lèves ton cul de cette chaise et tu files avec Jane.

Quand Josh libéra sa main de celle de Nalla, cette dernière geignit doucement dans son sommeil. Il se pencha sur la jeune femme et lui murmura doucement à l’oreille, le revers de ses doigts repliés caressant brièvement la joue de Nalla.

̶ Je dois y aller, je reviens dès que je le peux. Je te le promets.

Le soldat se redressa, fit un signe de tête respectueux aux parents de Nalla et alla directement à la porte rejoindre Doc Jane. Lorsqu’il passa près du roi, celui-ci l’arrêta en posant une main puissante sur son épaule. Le roi tourna la tête vers Zadiste.

̶ Z., tu vas dire merci à Josh pour avoir ramené Nalla au manoir et de lui avoir sauvé la vie.

Z. ouvrit la bouche, mais aucun son n’en sortit. Il était totalement éberlué. Lui ordonner de remercier cet enfoiré d’humain? Il n’avait pas vraiment le choix vu que le roi l’exigeait, mais personne le ne forcerai à être sincère. Soit, il heureux d’avoir retrouvé sa fille en vie, il ne pouvait nier cela, cependant il se serait bien passé qu’elle ramène à la maison cette saleté d’humain mutant potentiellement dangereux. Comme Zadiste ne disait toujours rien, Bella lui donna un rigoureux coup de coude dans l’estomac. Bon, si sa shellane se mettait aussi de la partie, il avait perdu d’avance, songea Z. Avalant une grande bouffée d’air, un regard meurtrier fixé sur Josh, il lança brusquement d’un ton caustique:

̶ Merci d’avoir ramené Nalla à la maison en vie, et ne pouvant s’en empêcher, Z. ajouta : même si nous aurions très bien pu la ramener nous-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *