Nalla – 20

Toujours ricanant, Rhage saisit vivement le coude de Nalla et poussa Josh en l’invitant d’un signe de la tête à les suivre. Ils traversèrent le grand hall et montèrent à l’étage. Ils empruntèrent le couloir aux statues jusqu’à ce que le vampire ouvre une porte menant à un petit salon richement décoré avec des meubles délicats Louis XIV. Rhage lâcha Nalla et choisi un fauteuil à l’allure très légèrement plus solide que les autres pour s’assoir. Derrière lui, de grandes portes-fenêtres donnaient sur un petit balcon avec vue sur le jardin du manoir.

̶ Je sais que vous me trouvez pot de colle, mais j’ai dû promettre à Z. de ne pas vous laisser seuls tous les deux.

Nalla allait protester lorsque le vampire leva une main impérieuse, l’interrompant avant même qu’elle n’ait pu dire un mot.

̶ J’ai bien l’intention de tenir ma promesse, ce n’est pas mon genre de revenir sur ma parole. Vous ne pouvez pas partir d’ici sans passer par là. (Rhage indiqua la porte par laquelle ils venaient de passer.) Le truc c’est que j’ai l’impression que vous avez vraiment besoin de vous parler, en tout cas c’est ce que m’a affirmé ma Mary. (Rhage soupira, se leva nonchalamment et alla sortir une tablette électronique du tiroir d’une table basse et une paire d’écouteurs. De sa poche, il sortit une carte mémoire qu’il inséra dans l’appareil puis il retourna s’assoir.) J’ai un film à voir, Butch n’arrête pas de me charrier pour que je le regarde. Est-ce que vous saviez que du balcon on a une super vue sur le jardin? (Rhage pointa les portes-fenêtres dans son dos.) Ma Mary adore, elle trouve juste dommage qu’il n’y ait pas d’accès pour y descendre à partir d’ici, mais du coup, V. n’a pas encore réparé la caméra qui surveille de ce côté-là et qui est cassée.

Le vampire mit les écouteurs et démarra son film, se concentrant sur le petit écran. Josh ne savait pas trop comment réagir face à ce retournement de situation, mais il allait profiter de cette aide inattendue. Rapidement, il prit la main de Nalla et l’entraîna vers les portes-fenêtres qu’il ouvrit avant de la tirer à l’extérieur avec lui.

La pleine lune éclairait le jardin en contre bas conférant à celui-ci un air féérique. Josh adossa doucement Nalla au mur, hors de vue de Rhage s’il prenait au vampire l’idée de se retourner. La jeune femme se laissa faire, elle scruta son visage et fixa son regard dans celui de Josh qui la maintenait en place en plaquant son corps contre le sien. Se laissant porter par son instinct et son désir pour Nalla, oubliant temporairement tout le reste, il inclina inconsciemment la tête vers elle. Nalla se tendit vers lui, remontant les mains sur son torse avant de les lui nouer autour du cou. Elle enfouit ses doigts dans les cheveux courts de Josh et ce dernier, ne pouvant plus résister aux charmes de la jeune femme posa ses lèvres sur celles beaucoup plus tendres de Nalla, il les taquina. De la langue il en fit tendrement les contours, puis il l’incita à entrouvrir la bouche et lorsqu’elle s’exécuta, il l’envahit goûtant pour la première fois sa saveur sucrée. Il en fut enivré et rapidement il perdit tout contrôle, l’embrassant fougueusement, passionnément. Ils gémirent à l’unisson. Haletant, ils mirent fin au baiser afin de reprendre leur souffle. Josh appuya son front contre celui de Nalla.

̶ Tu avais raison, souffla Nalla en esquissant un petit sourire malicieux. Tu embrasses très bien.

Josh la lâcha et s’éloigna un peu à reculons. Il avait commis une erreur, bien qu’il en rêvait, il savait pertinemment qu’il n’était pas fait pour Nalla, il traînait trop de casseroles derrière lui. Le père de la jeune femme avait raison de vouloir le voir loin de sa fille. Nalla était trop précieuse, trop… tout pour lui. Il n’était rien si ce n’était qu’un simple soldat. Et encore. Un soldat qui avait été renvoyé de son unité pour désobéissance et insubordination alors que tout ce qu’il avait fait c’était de refuser d’assassiner des innocents. On aurait dû le laisser crever dans cette poubelle où on l’avait trouvé à moitié mort alors qu’il n’était qu’un bébé. Les autorités n’étaient jamais parvenues à identifier ses parents et tout ce qu’il avait connu c’était une succession de famille d’accueil toutes plus horrible les unes que les autres. Si ce n’était de ce policier qui l’avait surpris en train d’essayer de voler une voiture alors qu’il avait 13 ans, il serait devenu un voyou de la pire espèce. De la Cruz l’avait sauvé en lui montrant un autre chemin, il s’était engagé dans l’armée pour lui faire honneur, pour qu’il soit fier de lui, mais il avait trouvé un moyen de tout gâcher et maintenant il était devenu une sorte de paria. Il n’était même plus humain! Nalla n’était pas plus humaine que lui, mais elle méritait tellement mieux que ce qu’il pouvait lui apporter.

Elle avait maintenant perdu son sourire. Il lui tourna le dos et agrippa la balustrade des deux mains regardant en bas sans rien voir.

̶ C’est ton père qui a raison. On ne devrait même pas être ensemble en ce moment.

̶ Mon père a tort, répliqua Nalla. Et je ne suis pas aveugle, je vois bien de quelle manière tu me regardes. Tous les mâles du manoir qui sont unis regardent leur compagne comme ça. Personne ne m’avait regardé comme ça avant toi. Les mâles qui se sont intéressés à moi avant le faisaient parce que je vis au manoir et que de la sorte je suis une proche du roi. Ils pensaient peut-être en tirer quelques bénéfices, mais dès qu’ils savaient qui était mon père, ils s’empressaient de poursuivre leur chemin en me laissant en plan. Toi, tu ne m’as pas abandonné, tu as toujours fait face.

Josh continua à fixer droit devant lui et il resserra involontairement ses mains sur la rambarde. Ses griffes pénétrèrent dans le métal avec un grincement. Il sentit la paume de Nalla dans son dos et il eut l’impression de brûler d’un feu intérieur à son contact. Adroitement, elle se glissa sous son bras pour venir se blottir contre son torse solide. Les bras de Josh semblèrent soudain dotés d’une volonté propre et enveloppèrent Nalla dans leur chaleur.

̶ Bon sang, je ne suis vraiment pas un type pour toi. Tu mérites bien mieux qu’un phénomène de foire comme moi qui ne connait même pas ses origines et dont personne n’a jamais voulu, lui dit-il. Il continua, butant sur certains mots : Je n’ai jamais été aussi… confus… de toute ma vie. Jamais… ressenti… ça. La raison me commande de rester loin de toi, mais j’en suis incapable…

̶ Et c’est tant mieux, approuva-t-elle. Et si tu crois que personne ne veut de toi, tu as tort. Moi, je te veux ici, avec moi. Tout le monde au manoir veut que tu restes ici. Tu as même déjà un pote! Oncle Rhage ne nous aurait pas aidés à nous trouver un moment à nous s’il ne t’appréciait pas, relata-t-elle.

̶ Peut-être… Mais tu n’as pas raison sur tout… c’est sûr que ton père préférait que je parte loin de Caldwell, à l’autre bout du monde si possible.

̶ Alors on le fera changer d’avis, lui répondit Nalla, confiante.

Josh soupira et leva les yeux vers les étoiles. Lorsqu’il baissa le regard sur la femelle, celle-ci se hissa sur la pointe des pieds et l’embrassa. Il perdit de nouveau la raison, seule Nalla comptait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *