Nalla – 21

Ils sillonnaient les rues de Caldwell depuis quelques heures et c’était le calme plat lorsque le « radar » de Butch se mit en marche et que ce dernier se mit à courir. Viszs le suivit rapidement et Josh n’eut aucune peine à suivre la cadence vive des vampires.

Plus tôt dans la soirée, Rhage était venu le chercher et il l’avait conduit au bureau du roi. Il avait alors assisté à la réunion que les Frères tenaient chaque soir avant de partir en patrouille. Josh s’était vu assigné en équipe avec V. et Butch comme l’avait prédit Rhage. Il avait pour mission de trouver ces fameux lessers qui empesteraient le talc, il n’avait donc qu’à se rappeler l’odeur écoeurante de Maxwell pour identifier les morts-vivants. Sa tâche était de blesser les méchants de façon à les immobiliser afin qu’ils ne puissent plus s’enfuir. De là, Butch devait les « inhaler ». Il ne savait pas trop ce qu’ils entendaient par là, mais il se dit qu’il verrait bien ce que c’était une fois que ce serait fait. Josh ne croyait pas rencontrer de difficultés à cette mission somme toute très simple comparativement à certaines autres qu’il avait exécutées avec les commandos. En sortant du bureau, il avait accompagné Viszs à l’armurerie et ce dernier lui avait fourni un Browning avec des munitions puis deux couteaux standard de l’armée dans leurs étuis. Le vampire lui avait également expliqué comment tuer ces saloperies s’il avait besoin de le faire.

Devant lui, Josh vit Butch se statufier subitement au milieu d’une ruelle. V. et lui se positionnèrent juste derrière l’ancien flic. Le militaire observa les types en face d’eux à l’autre extrémité de la petite rue et suivant son instinct renifla l’air. Une odeur douçâtre dégoutante lui parvint.

̶ Ils puent, remarqua-t-il.

̶ Tu les sens d’ici? Demanda V. surpris.

̶ Ben ouais… ce serait difficile de passer à côté, ils empestent.

̶ Nous, c’est à peine si on perçoit l’odeur d’ici… ils sont trop loin de nous et le vent n’est pas vraiment dans la bonne direction.

̶ Ne me dites pas que ça va me prendre un pince-nez pour chasser ses connards avec vous! C’est vraiment incommodant ce truc, ça me donne presque l’envie d’éternuer! Fit-il avec un sourire mauvais.

̶ Il va falloir qu’on traine des antihistaminiques maintenant, répliqua Butch en roulant des yeux. Sinon on se fera repérer avant même de pouvoir les apercevoir avec tes éternuements.

Les lessers avaient fini par se rendre compte de leur présence et se dirigeaient vers eux, prêts à la bagarre. Ils étaient six contre trois et pensaient sans doute pouvoir avoir le dessus sur eux vu qu’ils étaient plus nombreux. Mais Josh avait une revanche à prendre sur ses salopards et il n’en laisserait filer aucun. C’était de solides gaillards, grands, musclés, les épaules larges. Bref, avec l’allure d’haltérophiles, cependant la façon dont ils se mouvaient apprit à Josh que ces types ne savaient pas vraiment combattre, mais qu’ils le croyaient. Le leader du groupe avait visiblement reçu l’ordre de s’en prendre à Butch et de le trucider, V. et lui eurent droit à un adversaire chacun alors que le flic en hérita de quatre d’un coup.

Ces connards étaient rapides, mais avec sa nouvelle condition physique, Josh l’était encore plus. Celui qui l’attaqua ne prit pas le temps de réfléchir avant d’agir, car il suffit d’un simple mouvement à Josh pour l’éviter et d’un coup bien placé avec le manche d’un de ses couteaux sur la nuque, il mit son opposant à terre. Sans hésitation, il arma le Browning et tira dans la tête à deux reprises, en plein centre des orbites. Le lesser resta allongé sur le sol, la bouche béante, aveugle. Josh fit quelques pas en remettant l’arme dans son étui et agrippa le col de la veste d’un des assaillants de Butch puis il tira violemment dessus pour libérer le vampire du mort-vivant qui lui tapait dessus. Son couteau toujours en main, il trancha profondément la gorge du lesser dans un mouvement souple du bras sectionnant la carotide, du sang noir en jaillit en grands jets en l’éclaboussant. Pour faire bonne mesure, il planta ensuite la lame dans l’abdomen du mort-vivant et l’éventra. Lorsque Josh se retourna, il constata que V. avait rejoint Butch et qu’il restait encore deux de ses salopards. Un des types lui tournait le dos, il le saisit par le cou avec le bras et avec son autre main le lui cassa en faisant subir à la tête un tour presque complet sur elle-même. Un craquement résonna et Josh laissa le corps glisser au sol aux côtés de son comparse. Entre temps, Butch et V. s’étaient débarrassés de l’autre con qui fut réduit en poussière après que le flic l’eut inhalé.

Chancelant, Butch s’agenouilla auprès des corps étendus par terre et renouvela l’opération. Bon sang, pensa Josh, le flic avait l’air de plus en plus malade et il se mettait à empester autant que ces connards.

̶ On rentre, déclara Viszs dès que Butch eut terminé sa tâche. (Il tendit ses clés de voiture à Josh et aida son pote à se relever. Butch tenait avec peine sur ses deux jambes.) Je vais m’assoir derrière avec lui.

Cela avait pris plusieurs minutes aux trois mâles pour atteindre le 4X4, Josh s’était installé au volant sans rien dire et V. lui donnait les indications de la route à suivre au fur et à mesure qu’ils roulaient. Josh avait un peu flippé quand il avait vu V. enlever son gant et révéler sa main lumineuse qu’il avait immédiatement appliquée sur l’abdomen de Butch après avoir remonté son t-shirt. Le flic avait aussitôt soupiré de soulagement.

̶ Josh, juste pour info, ne t’avise jamais de toucher ma main. Il n’y a que ma Shellane et Butch qui peuvent le faire, l’informa V.

̶ Ouais, coupa le flic d’une voix faible. Ce truc est atomique, je l’ai vu faire cramer plein de choses avec. En passant, t’as plus qu’assumé tout à l’heure…

̶ C’était bien, continua Viszs. Bon, maintenant tu tournes ici.

Josh s’engagea sur une route de campagne et à partir de là il reconnut le chemin qu’ils avaient pris à l’aller. Au bout d’un certain temps, une brume qu’il trouva bizarre tomba sur le paysage environnant réduisant dangereusement la visibilité, il leva le pied de l’accélérateur.

̶ Continue d’avancer, lui dit V., nous sommes bientôt arrivés. Cette Brhume entoure le manoir, elle sert à le dissimuler.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *