Nalla – 30

Josh fixait sans les voir les images qui défilaient sur l’écran, les poings serrés, ses griffes lui déchirant les paumes. C’était exactement ce qu’il s’attendait à voir. Maxwell avait filmé les séances d’injections et les moments de souffrance atroce qui en avait résulté. Comme sur la photographie, le film le montrait, entravé et impuissant. Ils virent tous la perfusion reliée à la veine du bras de Josh et le liquide ambré qui s’en écoulait. Il suffit de quelques instants pour que Josh commence à se tordre de douleur et hurle les quelques fois où il n’était plus capable d’en supporter davantage.

La photographie n’était rien comparativement au film.

Tous les guerriers étaient silencieux. Wrath n’attendait même pas que Thor lui fasse la description du film, le son lui suffisait amplement. Il n’avait pas besoin de voir. Zadiste était aussi immobile que Josh. Figé, le visage inexpressif, les yeux noirs de fureur. Les entraves, la table, tout cela faisaient remonter dans sa mémoire des souvenirs qu’il aurait préféré oublier. Savoir que ce connard de mutant avait survécu à ça et avait du même coup sauvé sa Nalla de ces putains de lesser remuait quelque chose en lui. Il ne savait pas quoi et il ne voulait pas y penser. Mais ce foutu Maxwell allait mourir. Il le réduirait en tout petits morceaux.

Après plusieurs minutes de film, Maxwell prit place à l’écran. Derrière lui, on pouvait distinguer trois personnes inconscientes et totalement nues enchaînées par les poignets dans ce qui semblait être un conteneur. Leur corps était couvert d’une multitude de meurtrissures diverses. La voix sans vie de Maxwell résonna dans le silence qui régnait dans le bureau depuis que les images de Josh s’étaient effacées sur l’écran.

̶ Malheureusement, les autres vampires n’ont pas tenu le coup alors que je m’amusais si bien avec eux. Je sais que tu n’es sûrement pas seul pour visionner cette vidéo, Hawkins. Alors voilà, si vous voulez revoir ces vampires-là vivants, il faudra que tu livres à moi, Hawkins. Ou que l’un de tes nouveaux copains le fasse.

Maxwell éclata d’un rire mauvais avant de poursuivre d’un ton atone.

̶ Tu me connais. Je ne m’étendrais pas sur ce que j’aimerais te faire. Mais je veux te voir souffrir avant d’en finir avec toi. Et sache que lorsque tu seras mort, je retrouverai la petite pute qui s’est enfuie avec toi, sale bâtard, et je me ferai un plaisir de jouer avec elle avant de l’envoyer te rejoindre. (Il rit de nouveau.) Il ne me reste plus qu’à t’attendre, Hawkins. Je sais que tu viendras. Tu ne pourras pas t’en empêcher. Toujours à essayer de sauver la veuve et l’orphelin. Amène tes amis si tu veux. Vous serez bien accueilli, je peux te le certifier.

La caméra bougea et il fut possible de voir l’endroit où le lesser se trouvait avec ses prisonniers. Cela avait l’allure d’un immense entrepôt désaffecté. Il y avait quelques conteneurs, dont celui où Maxwell avait enchaîné les vampires. L’endroit avait l’air désert, mais Josh n’était pas dupe. Il savait pertinemment qu’il y aurait de nombreux hommes de main sur place. L’écran devint noir et Viszs ferma l’appareil.

Josh sentit une main énorme se poser sur son épaule.

̶ Bon sang, vieux! Je ne sais pas quoi te dire! Bredouilla Rhage, encore sous le choc des images montrant Josh en proie à la douleur.

̶ Deux des vampires qu’il nous a montrés sont déjà morts. Le troisième n’en est pas loin, affirma froidement le soldat sans se préoccuper de Rhage, ses yeux brillaient d’un éclat létal.

̶ Tu sais ça comment? Demanda Butch.

̶ La façon dont leurs corps pendaient au bout de leurs chaînes et un seul d’entre eux respirait…. difficilement… et puis, il y a le sang. Un mort et un vivant ne saignent pas de la même manière, conclut-il sans s’étendre sur le sujet.

̶ Ils étaient dans un entrepôt. Mais impossible de dire où celui-ci est situé…

̶ Je sais où c’est, fit Josh en interrompant Viszs. J’y suis déjà allé. Le bâtiment nous a servi de quartier général lors de la prise d’otages, en 2021.

̶ Le truc de la mairie? Interrogea Rhage, curieux.

̶ Ouais. On devait rester discret sur ce coup-là. On peut affirmer que le commandant était très ami avec le maire de l’époque. Nous avons dû nous faufiler dans l’édifice de la mairie puis neutraliser la menace. Nous étions trois dans l’équipe. Sully, Maxwell et moi. C’est Maxwell qui s’est occupé de désamorcer la bombe, pendant que Sully et moi, nous nous occupions des terroristes.

̶ Il y avait sept terroristes… Ajouta Butch.

̶ Ouais… et sans technique de combat. C’était pathétique. Ils ne faisaient de brandir leurs flingues n’importe comment. C’était une mission facile, termina Josh en haussant les épaules avec indifférence.

Josh se fichait de cette période de sa vie et il n’avait pas envie de s’étendre là-dessus. Pour le moment, la priorité c’était Maxwell. Ce salaud devait mourir. Il était trop tard pour sauver les derniers vampires qui s’étaient fait enlever. Mais il était hors de question que ce connard touche à un seul des cheveux de Nalla. Il le réduirait en bouillie avant.

̶ Cet entrepôt est situé où? Il faut que tu nous fasses un topo des lieux avant que vous n’alliez là-bas, ordonna Wrath d’un ton impératif. À défaut d’avoir complètement l’élément de surprise pour nous, nous aurons la force de frappe.

Josh s’avança vers le bureau, saisit une feuille de papier qui trainait et un crayon, puis dessina rapidement les plans de l’entrepôt, tel qu’il se souvenait de l’endroit. Un grand bloc rectangulaire; au fond, une partie comprenant les bureaux, plusieurs passerelles, l’emplacement des portes et même la position des conteneurs qui n’avaient pas l’air d’avoir bougé depuis qu’il y était allé, il y a 9 ans. Thor, V. et Z. s’approchèrent rapidement, suivi des autres. Ensemble, ils commencèrent à établir leur plan d’attaque, convenant qu’il ne s’agissait pas d’une mission de sauvetage, puisque les vampires capturés seraient tous morts à leur arrivée. La mission en était une d’extermination. Maxwell et ses acolytes devaient disparaître et tous les moyens à leur disposition étaient bons.

̶ Il me veut. Je servirai d’appât, proposa Josh. Il suffit que je présente sur les lieux. Pendant que je le distrais, lui et ses hommes, les autres se placent à des endroits stratégiques et tirent dans le tas dès que tout le monde est en position.

̶ Ça marche pas, affirma Zadiste, le regard sombre. Il saura tout de suite que tu lui racontes des craques et que nous sommes dans le coin. L’un de nous ira avec toi. Moi, en l’occurrence. Je lui dirai simplement que j’en ai marre de jouer au baby-sitter avec un putain de mutant humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *