Nalla – 5

Il regarda le sable sortir du sac et tomber lentement sur le sol en formant une petite bute qui grossissait à vu d’œil. Zadiste agrippa le punching bag de ses mains en sang et appuya le front dessus. Deux nuits, presque trois et toujours aucune nouvelle de Nalla. V. et Fhurie avaient réussi à identifier tous les vampires des vidéos en quelques heures, mais pour les humains la tâche s’était révélée plus compliquée. Finalement, De La Cruz avait fourni un accès au système informatique de la police en introduisant un virus de Viszs dans l’un des ordinateurs du poste et V. avait enfin pu progresser. Les autres membres de la Confrérie étaient tous de sortie recherchant Nalla et allant à toutes les adresses que pouvaient leur fournir V. et Fhurie. Jusqu’à présent, ils étaient tous revenus bredouilles.

Z. en avait assez d’être confiné au manoir. Tout ce qu’il voulait c’était partir chercher Nalla et la ramener à tout prix. Il allait devenir fou s’il continuait comme ça. Suivant les ordres de Wrath, il avait préparé l’équipement et l’avait vérifié et revérifié. Il y avait un vrai arsenal. En plus des armes blanches et pistolets divers, il avait sorti des grenades, des fusils d’assaut, des gilets pare-balles. Quand il avait montré le lance-roquette à Butch celui-ci lui avait fait remarquer qu’il en faisait peut-être trop là, mais tout de suite après l’ancien flic lui avait demandé s’il pouvait l’essayer en affirmant que ça devait être mille fois mieux que leur lance-patates. Brièvement, il avait presque souri puis il s’était rappelé, Nalla adorait regarder Butch et V. jouer avec le lance-patates.

Les yeux rouges et gonflés, Bella pénétra dans la salle d’entraînement. Elle repéra Zadiste avant même que la porte ne se soit refermée derrière elle. Z. s’était retourné au bruit, il lâcha le sac et s’avança vers elle, hésitant. Bella se précipita dans les bras de Zadiste, il la serra contre lui et enfouit son visage dans ses cheveux s’imprégnant de l’odeur de sa shellane.

— Elle est vivante, hein? On le saurait si elle était morte… on le sentirait forcément… sanglota-t-elle.

Zadistee resserra son étreinte.

— Ouais… on le saurait. Elle est vivante, elle est forte… comme toi, ma Bella… Puis quand on retrouvera ces fils de pute, je vais le leur faire regretter… ils finiront en morceaux…

******************

Le type s’était posté juste entre les cellules de façon pouvoir garder les yeux sur les deux prisonniers à la fois. Il était grand et maigre, le teint pâle presque maladif, les cheveux d’un blond sale. L’éclairage des néons créait des reflets sur les verres de ses lunettes et elle ne put déterminer de quelle couleur étaient ses yeux. Il avait l’air d’un médecin ou de quelque chose d’approchant, il en portait l’habit même si le sourire qui ornait sa bouche n’avait rien de rassurant. Nalla constata que toute l’attention de l’humain était concentrée sur Joshua.

— Je vois que vous n’êtes pas remis de votre dernière séance, 245, fit le médecin d’une voix obséquieuse. J’espère que demain vous serez suffisamment remis pour que nous puissions procéder à quelques tests. Je souhaite aussi que vous acceptiez pour une fois de collaborer avec nous.

— Aller vous faire foutre, articula calmement Josh qui continuait à fixer le mur.

— Vous voyez… la jeune personne, là, montra-t-il d’un geste de la main, nous est inutile. Ses examens sanguins ne sont pas concluants, donc si vous voulez qu’elle reste en vie vous allez collaborer avec moi pour ces tests. Autrement, vous pourrez lui dire au revoir. À vous de choisir.

— Salaud! jeta Nalla au médecin. Joshua, refuse. Il ne peut pas t’obliger. Ne fais pas ça pour moi!

L’humain redressa la tablette électronique qu’il tenait à la main et prit une photographie de la jeune femme. Ensuite, il l’afficha et la montra à Josh.

— Regardez, M. Hawkins. Voudriez-vous vraiment avoir la mort de cette femme sur la conscience?

Josh tourna la tête et regarda, ce fut plus fort que lui. Il voulait savoir à quoi elle ressemblait. Bon Dieu! Elle était magnifique! Il eut du mal à garder un visage inexpressif. Ses cheveux comportaient plusieurs teintes chaudes, des mèches luxuriantes dans lesquelles il mourrait d’envie de passer les mains. Et ses yeux! Sa bouche! Tout était éblouissant en elle. Il détourna difficilement le regard.

— D’accord… je vais le faire… grogna-t-il.

Nalla hurla… mais elle eut beau s’époumoner cela ne donna aucun résultat. Le médecin était parti dès qu’il avait eu le consentement de Joshua à se montrer coopératif. Elle continua bien après son départ se montrant très créative dans les épithètes qu’elle attribua à l’homme et Josh eut droit lui aussi à quelques-uns d’entre eux. Après plusieurs minutes, elle se calma et s’assit sur le sol tout près du mur séparant leurs cellules respectives.

— T’es stupide. Tu sais très bien qu’ils me tueront juste plus tard. De toute manière, si je reste ici trop longtemps, je suis condamnée. Je dois vraiment rentrer chez moi sinon je vais mourir… Je crois que j’ai les symptômes… bredouilla-t-elle, incertaine. Je comprends pourquoi on me surveillait autant à la maison maintenant… ils le savaient sûrement…

— Tu ne vas pas mourir… je le ne permettrai pas… et de quels symptômes tu parles? questionna Josh de son côté du mur.

— Tu ne peux pas comprendre, tu n’es pas comme moi.

— Explique, coupa-t-il.

—Euh… c’est que… on m’a toujours interdit de parler de ça… surtout à des humains, fit-elle.

—Au cas où tu n’aurais pas remarquer, t’es humaine. Le seul qui est de moins en moins humain ici, c’est moi, fit-il en regardant ses mains griffues.

— Et merde! pesta-t-elle. Bon, on s’en fou. Non, justement, je ne suis pas humaine. Tous les gens de mon espèce, rendus à un certain âge, doivent passer le change, une transition. Or si je ne suis pas au bon endroit avec la personne qu’il faut, je mourrai. Puis là… je viens de me rendre compte qu’il me reste plus beaucoup de temps avant que je passe la transition, tu comprends? C’est pour ça que je dois retourner chez moi. Là bas, ils feront ce qu’il faut faire pour que je reste en vie! Et maintenant, à toi de t’expliquer. C’est quoi ça? T’es de moins en moins humain. Comment?

— Quels symptômes? Répéta-t-il sans répondre aux questions de Nalla.

— Maux de tête, sautes d’humeur fréquentes et la lumière me fait mal aux yeux…

— C’est pas pour t’insulter, mais pour moi ça ressemble à des SPM, rétorqua-t-il.

— Argg… crétin!

— Bon. Ok. Quelle espèce? finit par demander Josh.

Nalla soupira bruyamment.

— Je suis une vampire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *