Nalla – 6

Pendant que les autres prenaient le premier repas, Fhurie et Viszs étaient à la piaule. V. n’avait presque pas dormi durant ces trois jours. Il avait eu beau chercher, pirater plusieurs systèmes informatiques, jusqu’à présent ses recherches ne l’avaient mené qu’à de fausses pistes. Il avait tout de même fini à trouver la bonne compagnie de location de camions, mais il eu alors la surprise de découvrir un système avait déjà été piraté afin d’effacer des traces… maintenant il suivait cette piste qui avait été très bien brouillée et cela lui prendrait un certain temps de remonter les différents relais et de trouver le point d’origine. Le pirate qui avait fait cela n’était pas un amateur, mais ce que ce type ignorait c’était que V était encore meilleur et que rien ne l’empêcherait d’aller jusqu’au bout et de trouver la localisation de ce sale enfoiré. Il lâcha une bordée de juron lorsqu’il tomba sur un unième pare-feu à contourner.

Fhurie qui était concentré sur la tâche d’identifier le dernier humain, celui qu’ils soupçonnaient d’être un lesser, leva la tête.

─ T’as trouvé quelque chose, questionna-t-il.

─ Ouais… mais ça me prendra probablement toute la nuit pour trouver où sont ces connards. Ils se sont amusés à passer par plein de relais… gronda Viszs.

Fhurie se leva… demain… demain si tout va bien, ils retrouveraient sa nièce. Impatient d’annoncer la nouvelle à son jumeau, il sortit rapidement et courut aussi vite qu’il le pouvait dans le tunnel reliant la piaule au manoir.

Autour de la grande table, seul résonnait le bruit des ustensiles entrechoquant les assiettes lorsque quelqu’un prenait une bouchée d’un repas que personne n’avait envie de manger. Déjà trois nuits que Nalla avait été enlevée et chacun craignait de plus en plus pour sa vie. Étrangement, Zadiste gardait foi de retrouver sa fille en un seul morceau, ce qui le rendait fou c’était de ne pouvoir participer activement aux recherches sur le terrain. Il avait également du mal à ne pas retomber dans ses vieilles habitudes et il avait déjà perdu du poids, il devait se forcer à avaler chaque parcelle de nourriture, mais Bella lui avait fait promettre de prendre soin de lui et de se nourrir correctement. Cette dernière avait également fait la même promesse à son hellren après qu’il ait remarqué qu’elle ne mangeait pas la nourriture qu’il lui servait.

Cependant, chacun s’interrogeait sur l’état dans lequel ils retrouveraient la jeune femme. L’aurait-on torturée? Aurait-on abusé d’elle? Et c’est surtout cette ignorance qui minait tous les habitants du manoir y compris les doggens qui adoraient Nalla.

Soudain, on entendit une bruyante cavalcade et Fhurie déboula dans la pièce, essoufflé, se retenant au chambranle de la porte.

─ V. pense qu’il les tient! Il devrait arriver à savoir où ils sont durant la journée! Demain soir, on pourra les massacrer d’avoir oser nous prendre notre Nalla!

**********

Folle. Sa voisine de prison était complètement folle. Sublime, magnifique, éblouissante, mais complètement folle. Il n’en revenait tout simplement pas. À moins que… Malade… Ouais… elle était peut-être malade, ça expliquerait les symptômes dont elle se disait être victime. C’est ça… elle faisait probablement de la fièvre aussi, d’où le délire sur les vampires.

─ T’aurais pas de la fièvre par hasard? osa-t-il demander.

─ Tu me crois pas, répliqua hargneusement Nalla.

─ Ok. Pas de fièvre, en conclut Josh.

─ Saleté d’idiot! Âne bâté! Connard! injuria la jeune femme.

Nalla était furieuse et arpentait avec une rage grandissante sa petite cellule. Elle avait pris un risque énorme en en lui dévoilant sa nature véritable, désobéissant aux règles élémentaires régissant la société vampire et lui, il avait le toupet de ne pas la croire! Il pensait probablement qu’elle était bonne pour la camisole de force. Ah! Elle lui montrerait quand ils sortiraient d’ici! Elle grogna et continua son va et viens. Elle se mit à marmonner, injuriant de plus belle Joshua et les mâles en général, elle imagina même des méthodes très créatives de torture dont la castration faisait partie. Josh frémit intérieurement lorsqu’il l’entendit, mais ne put s’empêcher de sourire! Bon sang! Quelle femme! Il avait toujours apprécié les femmes avec du tempérament. Il était servi!

Au bout d’un moment, Nalla, fatiguée, cessa son manège et s’installa sur sa couchette. Après une heure, incapable de dormir, se tournant d’un côté et de l’autre de son lit étroit, elle se leva et arracha la couverture.

─ Josh ? fit-elle d’une voix hésitante. Tu dors?

─ Non.

─ T’as encore mal?

─ Ça ira, ça passer maintenant.

Joshua qui n’avait pas bougé était assis accoté contre le mur. Nalla s’approcha et se fit un lit de fortune de son côté sur le sol. Elle s’allongea et tendit le bras à travers les barreaux, cherchant le contact du jeune homme. Lorsqu’il vit cette main délicate s’avancer vers lui de l’autre côté des barreaux d’acier, il ne put rien faire d’autre que d’étirer son bras à son tour. Il entrecroisa doucement ses doigts à ceux de la jeune femme prenant soin à ne pas la blesser avec ses griffes.

Quand elle sentit cette grande paume chaude et calleuse contre la sienne, Nalla se dépendit d’un coup. Même s’il ne la croyait pas, il ne la laisserait pas seule, il veillerait sur elle. Elle ne savait pas comment elle pouvait en être sûre. Elle le savait, c’est tout.

─ Josh… comment es-tu arrivé ici? demanda-t-elle.

Il ne répondit pas tout de suite, laissant les minutes s’égrener. Nalla attendit patiemment.

─ J’ai été trahi… finit-il par dire. Tout a commencé quand j’ai été muté dans un autre commando… nous avions reçu des ordres pour éliminer une menace terroriste… mais en guise de terroristes nous sommes tombés sur un petit village dont les habitants étaient principalement des vieillards, des femmes et des enfants. Les ordres disaient que nous devions tuer toutes les personnes impliquées. J’ai refusé de tuer ces gens, ils n’étaient pas les responsables… mais les autres ont obéi… De retour au pays, j’ai été démis de mes fonctions et forcé à prendre ma retraite, seulement… je savais des trucs… classés secret défense… etc. On s’est assuré que je parlerai jamais… ils m’ont eu par surprise et j’imagine qu’ils pensaient que je crèverais comme les autres sujets d’expérience ici.

─ Qu’est-ce qu’ils te font? Chuchota tristement Nalla.

─ Je ne sais pas, lui dit-il. Mais ça me change… et je ne sais pas comment…

Nalla poussa un profond soupir, elle resserra l’étreinte de sa main dans celle de Joshua et ne dit plus rien, laissant un lourd silence les envelopper. Elle finit par s’endormir, sa main toujours agrippée à celle de l’humain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *