Nalla – 7

Nalla sortit doucement de la torpeur dans laquelle l’avait plongé son sommeil. Elle réalisa qu’elle était allongée sur le dur sol en béton, n’ayant qu’une mince couverture pour lui servir de matelas. C’était probablement ce qui expliquait pourquoi elle était percluse de courbatures. Cependant, pour la première fois depuis qu’elle était enfermée ici, elle se sentait reposée. Dans sa main, elle percevait la chaleur de celle de Josh. Il se tenait immobile, mais une intuition lui disait qu’il ne dormait pas.

̶ Ne va pas faire ces tests, le supplia-t-elle d’une petite voix, lui enserrant plus fort les doigts.

̶ Il faut que je le fasse… je ne veux pas qu’ils te touchent… lui répondit-il, grave.

̶ Mais…

Elle s’interrompit dès qu’elle entendit la porte s’ouvrir au bout du couloir. Elle se leva précipitamment lâchant la main de Josh. Elle agrippa fermement les barreaux métalliques et la jeune femme fixa ses yeux jaunes sur les hommes qui marchaient dans leur direction. Quatre d’entre eux étaient grands et bien charpentés, ils étaient armés de Taser et de matraques. Ils avaient tous une mine patibulaire et Nalla frémit devant leurs regards concupiscents, mais elle garda la tête haute et refusa de détourner les yeux. Ils étaient suivis par un petit homme maigrichon à l’air mesquin qui affichait un sourire mauvais. Ils passèrent devant elle pour s’arrêter devant la cellule de Josh.

̶ Le docteur Sullivan nous a dit que tu coopérais cette fois-ci… dommage… j’aurais bien aimé jouer avec la jeune demoiselle là, déclara le maigrichon l’air outrecuidant.

Une flamme sulfureuse s’alluma dans le regard de Josh qui fit inconsciemment un pas menaçant vers l’humain. Cependant, Nalla qui avait été à bonne école avec ses oncles ne se laissa pas démonter.

̶ Moi aussi, attaqua-t-elle avant que Joshua n’ait pu répliquer à l’avorton. Je vous aurais suspendu par les couilles jusqu’à ce qu’elles deviennent toutes bleues et qu’on ait d’autres choix que de vous les enlever… à froid bien sûr.

De son côté du mur, Joshua ne put s’empêcher de rire. Même l’un des gorilles ricana à la pique de Nalla.

̶ Vous rirez moins tout à l’heure! S’exclama l’assistant, furieux. Vous, procédez, lança-t-il ensuite agressivement à l’un des gardes. Mettez-lui ces fichues menottes!

Connaissant la routine et ne voulant pas qu’ils s’en prennent à Nalla, Josh passa les mains au travers des barreaux et se laissa calmement menotter. Lorsqu’ils ouvrirent la porte de la cellule pour le laisser sortir et l’emmener dans le laboratoire, ils ne procédèrent pas de la même façon que d’habitude. Cette fois-ci, pas de paume sur la plaque d’identification, le maigrichon tapota sa tablette et entra un code, la cellule s’ouvrit avec un bruit qui résonna dans l’espace clôt. Le jeune homme enregistra l’information et pensa tout de suite que logiquement cette foutue tablette ne devait pas contrôler que les portes, elle devait donner accès à bien d’autres choses dans le bâtiment. Il avança lentement dans le couloir.

Quand Nalla aperçut Joshua Hawkins pour la première fois, son souffle resta bloqué dans sa poitrine. Il était très grand, pratiquement autant que son père, et dépassait les autres humains d’une tête. Il portait un jeans troué au genou droit et un débardeur noir qui laissait voir les tatouages qui recouvraient presque entièrement ses bras bardés de muscles. Ses cheveux ébène étaient courts et une barbe de quelques jours lui ombrait le bas du visage. Le jeune homme, encerclé de ses gardes, tourna lentement la tête vers la jeune femme, leurs regards se croisèrent et resta accroché l’un à l’autre jusqu’à ce qu’un des gardes, impatient, le pousse de sa matraque. Il se détourna à contrecœur et se décida alors à les suivre. Si quelqu’un osait s’en prendre à Nalla pendant son absence, il tuerait les responsables à la première occasion.

Quand ils furent partis, Nalla se réinstalla sur sa couverture à même le sol. Elle ferma les paupières repassant dans sa tête le moment où elle avait croisé le regard de Josh. Oh. Vierge Scribe! Ses yeux! Ils étaient d’un vert émeraude clair parsemés d’éclats dorés. Les yeux d’un fauve. Avec ce regard, Josh lui avait fait comprendre, sans dire un mot, qu’il reviendrait pour elle, et que rien ne l’en empêcherait. Nalla commença son attente.

**********

Le roi avait ordonné le repos complet pour tout le monde, une réunion se tiendrait dans son bureau avant le Premier Repas pour organiser l’opération de sauvetage pour Nalla. Entre temps, désœuvré, Zadiste avait rejoint Bella dans leur chambre dont les volets étaient descendus pour la journée. Ils étaient tous deux allongés sur leur grand lit. Bella bougea et Z. senti la main de sa shellane caresser son visage, effleurant sa cicatrice. Le corps de sa femelle se colla au sien, il l’entoura de ses bras et ses mains, semblant avoir leur volonté propre, se mirent en mouvement descendant lentement vers la croupe de Bella.

̶ Je vais la retrouver, Bella.

̶ Je sais, Zadiste, lui répondit-elle, confiante. Tu m’as bien retrouvé autrefois.

Elle l’embrassa et bien vite le baiser dégénéra et devient passionné. Bella tira sur l’élastique du survêtement de sport que portait son hellren l’incitant à le retirer.

̶ J’ai besoin de toi, Zadiste. Tellement besoin.

Les paumes de Z. remontèrent et encadrèrent le visage de sa shellane.

̶ Je t’aime, Bella, lui dit-il tendrement d’une voix rendue rauque de désir.

Bien vite leurs vêtements volèrent à travers la pièce et Bella se mit à califourchon sur son mâle, s’empalant sur lui. Z. bougea des hanches, entrainant sa femelle avec lui. Les mains sur les hanches de Bella, Z. guidait leur va-et-viens. Il redressa la tête afin de pouvoir prendre entre ses lèvres le bout d’un sein de sa shellane dont il en titilla la pointe de la langue. Il gronda de plaisir. Leurs mouvements se firent rapidement désordonnés et ils explosèrent de plaisir en même temps, Z. inondant sa femelle de sa semence en de longs jets chauds.

Bella se laissa retomber sur la poitrine de Zadiste, épuisée et cherchant son souffle. Elle sentit les battements de cœurs frénétiques de son hellren et esquissa un doux sourire contre sa peau.

̶ Je t’aime, Zadiste.

Pendant un moment, ils restèrent ainsi, immobile en silence.

̶ Bella, fit Z. d’une voix incertaine. Je sais que j’ai toujours refusé que t’aies un autre jeune… je t’aime trop, je ne veux pas te perdre… ça été tellement difficile pour Nalla, mais si c’est ce que tu veux vraiment… je vais le faire.

Sa shellane se figea dans ses bras. Il prit une grande respiration avant de poursuivre.

̶ Je t’aime, Bella. Je ferai n’importe quoi pour toi.

̶ Il faut que tu le veuilles aussi, Z. Je ne t’obligerai jamais, murmura-t-elle.

Zadiste referma ses bras sur sa femelle, la serrant très fort contre lui, respirant son odeur exaltante.

̶ Je veux le faire. Pour toi. Pour nous. Pour Nalla qui aura alors le frère ou la sœur qu’elle nous demande depuis si longtemps.

̶ Mes chaleurs ne reviendront pas avant au moins trois ans… tu pourrais changer d’avis… fit-elle d’une toute petite voix.

Il embrassa Bella et plongea ses yeux jaunes dans ceux de sa shellane.

̶ Je ne changerai pas d’avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *