Nalla – 8

Dans un certain sens, Josh était heureux des résultats des tests que le médecin l’avait forcé à passer. Heureux d’avoir réussi à aussi bien fausser ses résultats, mais très mécontent de constater à quel point ses capacités physiques avaient changé. En ce moment, il ne se sentait vraiment plus humain. Il avait pu courir pendant plus d’une heure en sprintant sans être essoufflé bien qu’il ait feint le contraire, le seul problème c’est qu’il n’avait pas pu modifier son rythme cardiaque, cela avait été le seul bémol à ces fichus tests. Sinon, il croyait s’être bien débrouillé pour leur faire croire que ses capacités physiques étaient à peine supérieures à celles d’un homme normal en bonne santé, or elles s’étaient révélées, pour Josh, beaucoup plus élevées à ce qu’elles étaient avant. Il ne reconnaissait pas ses limites, il les avait toutes dépassées facilement durant les exercices qu’on lui avait imposés. Il ne savait toujours pas ce qu’on lui avait injecté dans les veines, mais il le découvrirait, coute que coute. Pour l’instant, tout ce qu’il voulait, c’était foutre le camp d’ici avec Nalla. Le docteur lui avait gracieusement annoncé qu’il subirait une autre série d’injections dans deux jours et pour lui, c’était hors de question. Il ne traverserait pas de nouveau cet enfer.

Maintenant, on le ramenait à sa cellule et le maigrichon marchait devant lui, pianotant toujours sur sa tablette électronique, ouvrant et fermant les portes qui se succédaient. Deux gardes s’étaient positionnés de part et d’autre de lui et les deux autres étaient derrière. Durant tout le trajet de retour, comme à son habitude, Josh observa tout, position des caméras, des plaques tactiles d’identification, des couloirs, se faisant un plan mental des lieux apportant des modifications quand c’était nécessaire. Il retient sa respiration, enfin, encore une porte et il reverrait Nalla.

Arrivé devant sa cellule, il croisa les yeux de la jeune femme. Puis voyant que la porte de sa prison ne s’ouvrait pas, il jeta un regard en direction du maigrichon qui affichait un air plutôt satisfait.

̶ Les gars, commença l’assistant vindicatif en s’adressant aux gardes et en reculant de quelques pas. Je vais exaucer votre souhait, vous allez pouvoir vous amuser un peu avec lui. Le Doc ne le saura pas, j’ai désactivé les caméras.

Les gardes ricanèrent. Trois d’entre eux sortirent leur matraque électrique, le dernier pointa son Taser sur Josh. Joshua ne retient qu’une chose. Pas de caméra. Il tenait son ouverture, la première et la dernière erreur que ces connards feraient et ce ne serait pas de malheureuses menottes qui le gêneraient d’autant plus que ces idiots l’avaient attaché les mains devant.

Alors qu’un garde blond levait son arme pour le frapper, Josh, d’un mouvement si rapide que personne n’eut le temps de réagir, agrippa le bras qui se tendait et le tordit violemment brisant l’articulation du coude de l’homme. Avant même que le blond, gémissant, ne s’écroule sur le sol en retenant son membre brisé, Josh avait passé ses mains menottées autour du cou de son collègue et le lui brisait d’un geste vif. Il projeta le corps sans vie sur le garde qui tenait le Taser au moment où ce dernier tirait. Il rata sa cible. Josh en profita pour envoyer un violent coup de pied au visage du dernier garde, un craquement sinistre résonna lorsque la mâchoire de celui-ci se fractura. Son Taser temporairement déchargé, le garde encore debout s’empressa de saisir sa matraque, mais Josh qui avait attrapé une des armes tombées au sol électrocuta son adversaire.

̶ Josh, hurla Nalla! Il se sauve!

L’assistant maigrichon courrait dans le couloir vers la porte tout en regardant derrière lui fréquemment, affolé. Le jeune homme se baissa, ramassa vivement une des matraques abandonnées et la lança à la tête du maigrichon. Le projectile toucha sa cible juste avant que le type ne réussisse à ouvrir la porte, il s’effondra, évanoui.

Joshua se baissa de nouveau, cette fois pour prendre la main d’un des gardes, il plaça le pouce du type sur la plaque tactile de verrouillage de ses menottes, elles s’ouvrirent et tombèrent sur le sol. Il alla ensuite chercher la tablette électronique que l’assistant avait laissé tomber sur le sol dans sa fuite, il essaya de trouver comment ouvrir la porte de la cellule de Nalla, mais n’y parvient pas, ses griffes le gênant dans les manipulations. Il avait l’impression que tant qu’il ne s’y serait pas habitué, il rencontrerait ce genre de difficulté.

̶ Josh! Sors-moi de là, vite! Lança Nalla, trépignant sur place.

̶ Je n’y arrive pas avec mes grandes paluches, lui répliqua le jeune homme en se postant devant Nalla. Puis lui montrant la tablette : Tu sais te servir de ça?

̶ Bien sûr! Mon oncle V. m’a montré, il a même dit que j’étais douée!

Josh passa la tablette à travers les barreaux et Nalla s’en saisit. Pour la première fois, elle remarqua les mains de l’ancien militaire.

̶ Oh! Vierge Scribe! Tes…

̶ Je sais… C’est à cause de leur saleté de trucs… La tablette donne accès aux caméras et à l’ouverture des portes. Ils s’en servent aussi pour toutes les données. Donc, ce qu’ils m’ont fait est là-dedans aussi.

Pendant qu’il parlait à Nalla, Josh ramassa l’une des matraques et deux Tasers qu’il glissa dans la ceinture de son jeans. Il garda la matraque à la main. Il finissait à peine qu’il entendit le bruit sourd de la porte s’ouvrir. La jeune femme sortit de sa cellule.

̶ J’ai désactivé toutes les caméras de l’immeuble, cet idiot avait laissé le programme de contrôle ouvert. Ce doit être le bordel au poste de garde, fit Nalla avec un sourire espiègle. Elle continua : je vais pouvoir nous ouvrir toutes les portes du complexe, il y a même un plan! On trouvera la sortie facilement. J’ai lancé quelques alertes un peu partout dans le bâtiment comme distraction. Les seuls qui peuvent nous arrêter ce sont les gardes qui nous croiseront.

̶ Et là c’est mon job, répondit sobrement Joshua.

Plusieurs minutes plus tard, ils atteignirent le stationnement souterrain. Josh avait dû maitriser près d’une dizaine de gardes et sans hésitation il en avait tué plus de moitié, les autres étaient hors circuit pour un bon moment. Il avait récupéré un pistolet sur l’un d’eux, il avait donc maintenant une arme digne de ce nom pour protéger Nalla. Sa courageuse Nalla qui n’avait à aucun moment paniqué et qui s’était montrée être une partenaire hors pair au grand sang-froid.

Ils se dirigèrent prudemment vers un petit véhicule. Josh entendit un frottement, instinctivement, il poussa Nalla dans son dos et l’abrita de son corps pendant qu’il portait son arme en direction du bruit. Il tira et toucha sa cible, mais pas avant que l’humain n’ait eu le temps lui aussi de faire feu. Josh ressentit une vive douleur à l’épaule, mais il ne chuta pas. Le souffle temporairement coupé, il porta une main à sa blessure et la retira poisseuse de sang. C’est douloureux… mais je dois continuer, pour Nalla, songea-t-il.

̶ Josh? Ça va? Questionna-t-elle.

̶ Oui.

Il fit les quelques pas qui le séparaient encore de la voiture et il s’installa sur le siège conducteur, trafiquant les fils, il réussit à démarrer la voiture électrique. Pendant ce temps, la jeune femme s’était installée sur le siège passager, elle pianotait sur la tablette. Il appuya sur l’accélérateur et ils sortirent, libres. Le soleil se couchait, la nuit serait là dans près d’une heure, évalua-t-il. Ils devraient changer de voiture rapidement, le GPS de bord indiquait leur position et il était hors de question que ces types remettent la main sur Nalla même si elle était cinglée de croire qu’elle était une vampire. Elle était devenue sa cinglée… à lui.

̶ Si t’es vraiment une vampire, comment ça se fait que tu peux sortir au soleil? pensa-t-il tout haut.

̶ Je n’ai pas encore passé ma transition, plusieurs prétrans peuvent sortir le jour. On a juste la peau et les yeux sensibles, répondit-elle en faisant une dernière manipulation sur la tablette électronique du maigrichon.

Elle redressa la tête et le regarda avec un grand sourire.

̶ J’ai envoyé un message à mon oncle Fhurie.

̶ Pourquoi pas à ton père?

̶ Il sera fou de rage, oncle Fhurie et mahmen réussiront peut-être à le calmer avant qu’il ne nous trouve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *