Matt – 11

Il faisait un temps magnifique, le soleil brillait haut dans le ciel et un vent frais soufflait une brise bienvenue. Bref, c’était la température idéale, ni trop froide ni trop chaude. La foule était de plus en plus dense le long de la route, criant de joie et scandant même quelques fois le nom ou le numéro des participants lors de leur passage.

Matt progressait au milieu des autres concurrents. Il avait le souffle court et de la sueur détrempait son t-shirt. L’épuisement le menaçait, mais il s’en fichait. Il était heureux, fier de ce qu’il était devenu.

Que de chemin parcourut pour parvenir là où il en était aujourd’hui. Cela n’avait pas toujours été facile, il y avait eu de nombreuses embûches, des moments de découragement, mais il avait tenu le coup. Il s’était entraîné comme un malade pour pouvoir participer à cet évènement. Elijah l’avait soutenu, travaillant avec lui. Son compagnon avait d’ailleurs eu l’intention d’être à ses côtés, toutefois une blessure au genou l’en avait empêché.

Trois ans qu’il était avec Elijah. Les trois meilleures années de sa vie. Matt s’était inscrit à l’Université pour devenir intervenant social. Il avait bossé comme un cinglé et avait bouclé le programme de trois ans, en un an et demi. Pendant ce temps, il avait continué sa rééducation. À son grand bonheur, il s’était débarrassé assez vite de ce foutu fauteuil roulant. Il avait réappris à marcher, puis ensuite à courir. Et aujourd’hui, il parcourrait les rues avec un dossard portant le numéro deux cent soixante-huit.

Il n’avait jamais regretté les choix qu’il avait faits ce jour-là. Choisir Elijah lui avait semblé si évident, si simple. Il n’avait plus parlé avec ses parents après cet évènement. Ces derniers passaient par sa sœur pour délivrer leurs messages. Ils n’avaient pas changé et condamnaient la relation amoureuse que Matt osait entretenir avec un homme. Lorsqu’il voyait sa petite sœur qui le fixait avec cet air pincé et accusateur, il était convaincu qu’ils étaient parvenus à la convertir à leur point de vue. Matt savait sa famille biologique perdue pour lui et même si cela le rendait furieux et triste à la fois, il se consolait avec cette autre famille qui l’avait accepté comme un des leurs dès les premières minutes. La famille d’Elijah. Et bientôt, également sa famille à lui de façon officielle et de manière permanente.

Dans un mois.

Dans un mois, Elijah et lui se marieraient. Matt n’aurait jamais imaginé qu’un truc aussi énorme lui arriverait. Il en restait d’ailleurs toujours incrédule quand il y songeait. Lui, un homme marié? Puis, il pensait à Elijah et les doutes, les incertitudes de l’existence disparaissaient. Ils s’aimaient et rien d’autre ne comptait. Ils étaient deux hommes? Et alors? Ça n’avait pas d’importance face aux sentiments qui les animaient.

Quand son pote de l’armée avait été démobilisé et lui avait rendu visite, le mec n’avait pas été surpris de son choix. Gareth lui avait même avoué être homosexuel lui aussi et d’avoir eu le béguin pour lui! Ce qu’il l’avait empêché d’agir avait été le fait que Matt ne fréquentait alors que des femmes et qu’ils étaient tous les deux dans un environnement hautement homophobe. Matt avait été estomaqué. Elijah, qui était présent, avait grondé de mécontentement au grand plaisir de Matt qui appréciait ces démonstrations de jalousie. Elijah n’avait pourtant rien à craindre, il l’aimait beaucoup trop pour ne serait-ce qu’envisager de lui être infidèle. C’était d’ailleurs le moment qu’il avait choisi pour faire sa demande. Certes, de manière quelque peu détournée, mais l’essentiel était qu’Elijah lui ait dit oui.

Matt retint le rire qui lui aurait fait perdre le rythme de ses enjambées en se remémorant la stupéfaction qu’avaient affichée Gareth et Elijah lorsqu’il s’était mis à parler.

Gareth, je ne devrais pas te solliciter pour ça, vu les circonstances… Mais tu es le seul pote que j’aimerais avoir à mes côtés pour un truc comme ça. Accepterais-tu d’être mon témoin à mon mariage?

Quel mariage? S’était écrié Elijah.

Le nôtre, Câlinours.

Quoi? Mais tu ne me l’as même pas demandé!

Tu ne veux pas m’épouser, Câlinours?

Bien sûr que si, idiot! Je t’aime! Mais je veux une demande en bonne et due forme! Et arrête de m’appeler Câlinours!

Il prit le dernier tournant et distingua la ligne d’arrivée à environ trois cents mètres. Il puisa dans ses ultimes ressources d’énergie pour accélérer le rythme de sa course. Il sentait ses muscles protester contre le sort qu’il leur faisait subir et il faillit ralentir la cadence. Puis, il les entendit hurler son nom, l’acclamant, l’encourageant. Il les chercha du regard et ne mit pas longtemps à les repérer dans la foule. Son Elijah qui se dressait devant les autres et qui gesticulait dans sa direction en beuglant, Paul et Rose qui se tenaient amoureusement côte à côte en souriant, Amanda qui agitait un fanion portant le numéro deux cent soixante-huit, Henri et John qui semblaient vouloir enterrer la foule sous leurs cris d’allégresse et Victory qui sautillait sur place avec sa joie enfantine contagieuse tout en tapant des mains.

Il y a trois ans, Matt était persuadé qu’avec la perte de ses jambes, sa vie était fichue. Il n’aurait jamais imaginé avoir pu se tromper à ce point. Ce qu’il avait cru être le malheur le plus épouvantable de son existence s’était révélé être sa plus grande chance de bonheur. Il avait rencontré des gens extraordinaires, des gens qui avaient radicalement changé sa vie de fond en comble.

Non, il ne regrettait rien. Aujourd’hui, il était un homme meilleur; moins centré sur lui-même et plus ouvert aux autres.

Matt s’élança aussi vite qu’il le pouvait vers la ligne d’arrivée, vers Elijah.

Il y avait des projets qui prenaient forme dans sa tête; des choses auxquelles il n’avait jamais osé rêver auparavant. Néanmoins, avec Elijah, tout devenait possible. Matt n’en avait pas encore discuté avec son compagnon par crainte de voir ses espoirs anéantis. Toutefois, en le regardant s’agiter de la sorte, loin devant lui, l’encourageant de manière inconditionnelle, il sut qu’il n’avait en réalité aucune crainte à avoir, qu’il pouvait confier ses souhaits à Elijah.

Enfin, il passa la ligne peinte sur le sol, indiquant la fin du marathon. Il se dirigea aussitôt vers sa famille et sauta littéralement dans les bras d’Elijah. Sans se préoccuper de la foule autour d’eux, Matt l’embrassa comme s’il s’agissait de la dernière fois, laissant s’exprimer la passion que l’homme lui inspirait. Dieu! Ce qu’il l’aimait!

— Je t’aime, réussit-il à dire en cherchant à reprendre son souffle. Bon sang! Elijah! Continua-t-il d’une voix rauque et forte. Le mariage ne me suffit pas. Je veux aussi des enfants avec toi!

Elijah demeura bouche bée. Le reste de la famille lâcha un hurlement de joie.

— Des petits enfants, cria Rose en sautant au cou de son époux. On va avoir des petits enfants!

— Comme on ne peut visiblement pas les porter nous-mêmes, poursuivit un Matt toujours essoufflé, il faudra trouver une mère porteuse ou adopter. Je préférais qu’on se tourne vers l’adoption. Il y a tellement de jeunes sans foyer. On pourrait leur en offrir un. Qu’en penses-tu?

Elijah ne prononça pas un seul mot. Cependant, sa réponse ne laissa place à aucun doute dans l’esprit enfiévré de Matt ni dans celui de ceux qui assistèrent à la scène. Autour d’eux, des sourires fleurissaient sur les visages; leur joie exubérante et les cris l’allégresse de leur famille étaient contagieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *