Ciara O’Neil – 8 / Angus

L’enfant avançait péniblement sur le chemin rempli d’ornières qui menait au petit manoir appartenant apparemment à Laserian McGregor. À chaque pas, son pied lui envoyait des décharges de douleur et il avait des difficultés à s’empêcher de gémir. Cependant, comme il ne voulait pour rien au monde que l’homme vers qui il se dirigeait tire du plaisir de son mal, il avait une bonne motivation pour rester silencieux.

Une paysanne en haillons et au regard vitreux passa près de lui en l’ignorant. Angus reconnut certains signes de maltraitance évidents: la carte de visite de Laserian. Un flot de souvenirs amers et douloureux lui remonta en mémoire, le faisant très brièvement hésiter. Lorsqu’il se remit à marcher, ce fut d’un pas ferme, bien que clopinant. Le démon devait mourir et il était bien décidé à aider la femme blonde à tuer ce monstre une fois pour toutes.

Il ne voyait pas Ciara, mais bizarrement, il ressentait sa présence, sa force intérieure, aux limites de son esprit. C’est ce qui lui permettait de continuer sans rebrousser chemin. Malgré son air brave, il était terrifié. Sa peau était recouverte d’un fin voile de sueur froide. Des frissons incoercibles le traversèrent lorsqu’il aperçut au loin la haute silhouette de Laserian se découper dans l’encadrement de la porte, la lumière des bougies l’éclairant en contre-jour, la faisant paraître encore plus menaçante. Étrangement, bien qu’il eut l’envie de se terrer dans un trou de souris et d’y demeurer caché, il redressa au contraire les épaules, se tenant bien droit, fier. Il avait peur, mais du diable s’il le montrait à ce monstre.

Ciara lui avait explicitement interdit de dire la vérité à Laserian. Le démon ne devait pas apprendre qu’il était son père. Angus était pourtant persuadé que cela aurait été la distraction par excellence pour l’homme, mais comme il avait promis, il devait sa parole, sauf si les circonstances exigeaient qu’il passe outre. La jeune femme lui avait très bien précisé ce qu’il arriverait si Laserian venait à savoir. Ce dernier le tuerait à coup sûr, car il était inconcevable qu’il le laisse en vie. Après tout, Angus était une boussole pouvant mener n’importe qui jusqu’à lui. L’enfant était donc extrêmement dangereux aux yeux du démon.

Angus avait finalement concocté avec Ciara une histoire expliquant sa présence en ces lieux. En fait, c’était d’une simplicité exemplaire: il avait demandé son chemin. Ses raisons pour revenir? Il en avait marre d’être sur les routes, poursuivit et maltraité par les Anglais. Le pire, c’est que cela avait un fond de vérité, tout du moins pour les raisons. Demander son chemin… il n’avait jamais vraiment demandé son chemin à quiconque. Il avait toujours eu un bon sens de l’orientation.

Fixant la large silhouette qui allait s’agrandissant à mesure qu’il avançait, Angus accentua sa démarche claudicante. S’il pense que je suis plus faible que je ne le suis en réalité, ce sera un plus pour nous quand nous l’attaquerons, songea-t-il. Enfin, quand Ciara l’attaquerait. Elle avait refusé de lui donner une arme et il lui en voulait pour cela. D’un autre côté, elle n’avait pas tort de l’avoir fait, il savait à peine se servir d’une épée. Pourtant, il aurait pu se débrouiller avec un couteau, mais cela lui avait été interdit aussi.

Oh! Bon sang! Laserian s’avance vers moi, pensa-t-il en tremblant intérieurement. Il va me massacrer et Ciara n’aura que des petits morceaux de moi à enterrer. Enfin… si elle consent à creuser ma tombe.

T’en fais pas, bébé démon. Je suis tout près, murmura la voix sarcastique de la femme blonde dans sa tête.

Il s’immobilisa soudainement, figé. Voilà qu’il entendait des voix dans sa tête, c’était complètement fou. Incapable de faire un pas de plus, son pied lui faisant un mal de chien, il reporta son poids sur sa jambe valide. Le regard sur l’espèce de géant aux poings serrés qui s’approchait dangereusement de lui, Angus ressentit l’envie bizarre de faire une prière. Il se contenta de redresser encore plus les épaules. Il s’aperçut alors qu’il avait énormément grandi au cours des deux années qu’il avait passées loin de cet homme. Bientôt, il espérait être aussi costaud que ce salaud, mais pour l’instant il n’était qu’un grand échalas tout maigre. Son “oncle” s’arrêta face à lui et Angus dut lever les yeux pour pouvoir regarder son visage austère.

‒ Je te croyais mort depuis longtemps, avorton, résonna d’un ton menaçant la voix de Laserian dans l’aube naissante.

Puis l’homme saisit brusquement l’enfant par le bras et le traîna derrière lui de force, en direction du manoir. Surpris, Angus perdit pied et se retrouva sur le sol, tiré dans la poussière. Laserian tenait fermement son bras, les doigts ancrés dans sa chair. Angus était certain qu’il en conserverait les marques plusieurs jours. Quelques pierres lui égratignèrent la peau et il sentit une coulée chaude le long de sa tempe. Il décida que cette fois-ci, Laserian ne ferait pas de lui ce qu’il voudrait. Il ne se laisserait pas battre comme un plâtre sans répliquer. De sa main libre, Angus réussit à agripper le poignet du démon et le griffa profondément. Ce dernier le lâcha, mais ce fut pour lui asséné un violent coup de pied dans les côtes. L’enfant sentit quelque chose se briser en lui, alors qu’un craquement se faisait entendre.

Une douleur déchirante parcourut sa poitrine, envoyant des décharges dans tout son corps. Un gémissement, qu’il ne put retenir, franchit la barrière de ses lèvres.

Un sifflement, puis un second, traversèrent l’air. Angus entendit Laserian beugler de colère.

Lorsqu’il leva les yeux, il vit les hampes de deux flèches dépasser du torse de l’homme. Deux autres flèches furent tirées; Laserian évita l’une d’elles, mais l’autre se ficha profondément dans sa gorge. Le démon se tenait toujours très droit et les flèches, bien qu’elles l’avaient blessé, ne semblaient pas avoir causé beaucoup de dégâts. C’est tout juste s’il y avait une gêne dans les mouvements de l’homme.

Puis Angus la vit. Elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 + dix-neuf =